• 9 Temples to Heaven

    Thaïlande

    Contact
  • A pair of leather clogs

    Kazakhstan

    Contact
  • Babylone

    Brésil / Haïti

    Contact
  • Coura + Oulèye

    Sénégal

    Contact
  • Gina

    Monténégro

    Contact
  • Skin of youth

    Vietnam

    Contact
  • The nights still smell of gunpowder

    Mozambique

    Contact
  • Sans nom

    République Dominicaine / Vénézuela

    Contact
  • L’échappée belle de Mr Rambo

    Egypte

    Contact
  • Do you know anything about Omid ?

    Iran

    Contact
  • SOMPOT CHIDGASORNPONGSE

    REALISATEUR

    Sompot Chidgasornpongse est titulaire d'un baccalauréat en architecture de l'Université de Chulalongkorn et d'une maîtrise en cinéma et vidéo du California Institute of the Arts (CalArts). Ses courts métrages ont été projetés à Rotterdam, Oberhausen, Viennale, Visions du Réel and Indielisboa. Son long métrage documentaire, Railway Sleepers (2016), a été présenté en première mondiale en compétition à Busan et en première européenne à la Berlinale. Le film a ensuite été présenté à True/False, Sheffield Doc/Fest, Melbourne, RIDM et TIDF. Sompot a travaillé avec Apichatpong Weerasethakul en tant qu’assistant réalisateur sur de nombreux films, dont Tropical Malady (2004), Syndromes and a Century (2006), Cemetery of Splendor (2015), et plus récemment Memoria (2020).

    SYNOPSIS

    9 Temples to Heaven 

    Une famille de 9 personnes accompagne leur grand-mère pour un pèlerinage de "mérite" dans 9 temples différents, sur une seule journée, dans l’espoir de prolonger sa vie. Mais leur voyage prend une tournure inattendue.

    Après avoir entendu une prophétie alarmante d’un voyant de renom qui lui annonce qu'il reste peu de temps à vivre à sa mère, Sakol commence un pélérinage dans neuf temples sur une journée. À peine deux semaines avant son anniversaire, Sakol fait preuve d’autoritarisme en embarquant dans ce voyage non seulement sa mère fébrile, mais aussi en demandant à toute sa famille, de les accompagner. D’âges et d’intentions différentes, chacun des 9 membres de la famille  porte la promesse de multiplier leur mérite par la puissance du chiffre 9, chiffre magique que beaucoup de Thaïlandais croient porte-bonheur.

    En savoir plus

    NOTE D'INTENTION

    Le film est une réinterprétation de mon expérience personnelle lors de ces voyages avec ma famille au fil des années. Beaucoup de Thaïlandais croient que faire offrande aux moines de 9 temples en un jour peut vous élever au plus haut de votre karma et vous apporter la longévité maximum. Le bouddhisme thaïlandais est une mélange de l’hindouisme, de l’animisme et de nombreuses autres idéologies. Accumuler du mérite est notre mode de vie, surtout pour les générations les plus âgées. Cependant, une grande partie de ma génération et de la jeune génération considèrent le bouddhisme comme une simple philosophie. Ce point de vue, étonnamment, est plus proche de celui de l’Occident, que de celui de nos parents et de nos familles. La tension et le tiraillement entre les anciennes et les nouvelles croyances se ressentent partout dans le monde. Avec ce film, je veux rendre un hommage compatissant aux familles vivant avec ces différentes convictions et points de vue, influencés par les grands pouvoirs institutionnels, que ce soit du côte de la religion ou de la politique.

    En savoir plus

    KISSADA KAMYOUNG - Kick the Machine Films (Thaïlande)

    PRODUCTION

    Fondé en 1999, Kick the Machine Films est une société de production appartenant à l'artiste et cinéaste Apichatpong Weerasethakul. Travaillant indépendamment de l'industrie cinématographique commerciale thaïlandaise, il s'engage dans la promotion du cinéma narratif expérimental et hybride. La société produit également des œuvres d'autres cinéastes à forte vision, tel que Railway Sleepers (2016) de Sompot Chidgasornpong.

    FICTION / DRAME / 120' / COULEUR / NUMÉRIQUE

    DEUXIÈME LONG-MÉTRAGE
    Produit par

    Kissada Kamyoung, Kick The Machine Films (Thaïlande)

    Langue

    Thailandais

    Lieux de tournage

    Thaïlande

    Budget estimé

    460 000 €

    Financement en place

    39 000 €

    Recherches de partenaires

    Europe, Asie

    Statut actuel

    En développement (troisième version du scénario en cours)

    CONTACT

    RÉALISATEUR

    Sompot Chidgasornpongse / sompot.boat@gmail.com / +66 89 105 8909

    PRODUCTEUR

    Kick The Machine Films - Kissada Kamyoung / kissadakamyoung@gmail.com / +66 87 7174522

    CO-PRODUCTEUR

    Apichatpong Weerasethakul, Kick The Machine Films (Thailande) / kickthemachine@gmail.com / www.kickthemachine.com

  • OLGA KOROTKO

    REALISATRICE

    Encore étudiante, Olga Korotko a travaillé avec le réalisateur d’art et essai D. Omirbayev, avec qui elle a ensuite collaboré sur des projets de recherche filmique en histoire du cinéma. En 2016, elle a été sélectionnée à Berlinale Talents. En 2017, elle a tourné un film documentaire sur les droits des femmes, House of Mothers. Son premier long métrage, Bad Bad Winter a été présenté en avant première à l'ACID en 2018.

    SYNOPSIS

    A pair of leather clogs 

    Un drame familial et politique sur fond de comédie, situé à Almaty, au Kazakhstan.

    En raison d'un événement international à venir, alors que les autorités vident les rues d'Almaty des sans-abris, Zhanna, une mère célibataire de 42 ans et éminente dirigeante d'entreprise, doit organiser un concert en l'honneur du Président.

    En savoir plus

    NOTE D'INTENTION

    Mon premier film Bad Bad Winter était une tragédie. A pair of leather clogs aura des éléments comiques. Cependant, les deux films parlent exactement des mêmes problèmes. C'est un film qui analyse le concept de la puissance et l’impuissance ; quand l'impuissance grandit, un équilibre peut-il être atteint ? Si oui, comment ?

    En savoir plus

    OLGA KOROTKO - Seven Rivers (Kazakhstan)

    PRODUCTION

    Seven Rivers est une société de production basée à Almaty (Kazakhstan), fondée par Olga Korotko en 2017. L'entreprise produit des films de fiction et documentaires ainsi que des films phares pour des clients privés, dans la publicité, l'éducation et pour la télévision. Parmi ses clients, HitTv, TDK-42 et d'autres chaînes de télévision du Kazakstan. Seven Rivers a produit tous les films d'Olga Korotko, y compris Bad Bad Winter qui a été présenté à Cannes en 2018 (ACID).
     

    FICTION / COMÉDIE ABSURDE / DRAME / 80' / COULEUR / NUMÉRIQUE

    DEUXIÈME LONG-MÉTRAGE
    Produit par

    Olga Korotko, Seven Rivers (Kazakhstan)

    Langue

    Russe, Kazakh

    Lieux de tournage

    Kazakhstan

    Budget estimé

    320 000 €

    Financement en place

    27 500 €

    Recherches de partenaires

    Vendeurs internationaux, co-producteurs en Europe et en Asie

    Statut actuel

    En développement (deuxième version du scénario)

    Le long métrage "Bad Bad Winter" est disponible en entier sur Festival Scope

    CONTACT

    REALISATRICE / PRODUCTRICE

    Olga Korotko / info@7riverscinema.com / +971 58 545 3787 / +33 6 89 76 49 84 (producteur français Etienne de Ricaud)

    CO-PRODUCTEUR

    Etienne de Ricaud, Caractères Productions (France) / etienne@caracteresproductions.com / +33 6 89 76 49 84
     

  • FRANCISCO BAHIA

    REALISATEUR

    Francisco Bahia est un réalisateur brésilien, diplômé d'un master en géographie. Il réalise des courts et moyens métrages qui abordent des questions de territoire et d'identité et qui ont été sélectionnés et primés dans différents festivals. Babylone est son premier long métrage en tant que réalisateur. Il travaille également comme directeur de la photographie sur des documentaires pour la télévision et le cinéma.

    SYNOPSIS

    Babylone 

    Un immigré haïtien doit enquêter sur la mort d'un vieil ami, et la seule façon de le faire sera d'affronter les forces vaudou, une pratique de laquelle il s'était éloigné par peur.

    Un jour, un vieil ami de Haïti lui demande d'identifier le cadavre de son frère dans une morgue. Espera a besoin de découvrir la cause de son décès. Il sait que la seule façon de le faire est de passer par le vaudou, pratique qu’il avait rejetée. Dans cette enquête sur la mort de son ami, il nous entraîne dans la communauté haïtienne à Sao Paulo et son univers musical.

    En savoir plus

    NOTE D'INTENTION

    Au-delà d'être cinéaste, je suis géographe. C'est pour cette raison que l'histoire d'Espera, le protagoniste de Babylone, a attiré mon attention. Elle offre plusieurs éléments qui permettent une enquête créative sur la migration contemporaine d'un point de vu personnel.
    J'ai rencontré Espera en 2015, lorsque nous avons commencé un travail ensemble. Sa capacité de communication tout simplement incroyable, m'a captivé et j'ai commencé à le filmer. Un jour, il m'a demandé de le retrouver avec ma caméra dans une morgue de la ville. Il était là pour identifier le corps d'un vieil ami.
    Cet événement tragique, une révélation de la violence qui réprime l'immigrant noir au Brésil, a été un tournant dans le projet. Depuis, Espera et moi avons fait un pacte: faire un film qui, en montrant la richesse de la vision du monde des immigrés, devient un outil dans la construction d’une relation de respect avec la communauté haïtienne.

    En savoir plus

    ALICE RIFF, Sendero Filmes (Brésil)

    PRODUCTION

    Sendero Filmes valorise un cinéma de réflexion sur le territoire et l'identité et travaille avec de jeunes et éminents réalisateurs brésiliens. En plus des courts et moyens métrages, la société a produit le long-métrage Fabiana, réalisé par Brunna Laboisiére, et sélectionné dans des festivals internationaux tels que Rotterdam, São Paulo et Brasilia. En plus de Babylone, d'autres longs métrages sont en cours de production, comme Samuel and the Light (de V.Gyrnis) qui a participé à des laboratoires tels que DocSP, DocsBarcelona, Fipadoc et San Sebastián, où il a remporté le prix du meilleur projet.
     

    DOCUMENTAIRE CRÉATIF / 90' / COULEUR / NUMÉRIQUE - DCP

    PREMIER LONG-MÉTRAGE
    Produit par

    Alice Riff, Sendero Filmes (Brésil)

    Langue

    Portugais, créole haïtien, français

    Lieux de tournage

    São Paulo (Brésil), Port au Prince (Haïti)

    Budget estimé

    216 000 €

    Recherches de partenaires

    Vendeurs internationaux, chaînes de télévision, plateformes VOD, fonds, festivals et distributeurs en Amérique latine, Europe, Moyen-Orient et États-Unis.

    Statut actuel

    Développement avancé; 30% déjà tourné au cours des recherches

    CONTACT

    RÉALISATEUR

    Francisco Bahia / francisco.bahia.lopes@gmail.com / +55 11 987828883

    PRODUCTRICE

    Alice Riff / aliceriff@gmail.com / + 55 11 99299 7878 / www.senderofilmes.com

  • IMAN DJIONNE

    REALISATRICE

    Iman Djionne est une réalisatrice sénégalaise qui a écrit et réalisé des court-métrages, ainsi que du contenu audiovisuel. Son dernier court La Boxeuse a été sélectionné dans plusieurs festivals tel que Louxor, POFF shorts ou Cologne. Elle est aussi directrice de casting pour des productions locales et internationales comme Amin de Philippe Faucon (La Quinzaine ’18), ou la série Amazon Zerozerozero. Elle a également fait partie de l’équipe casting de Atlantique de Mati Diop (Grand Prix du Jury à Cannes ’19). Iman développe actuellement son premier long Coura + Oulèye. Elle a participé à la résidence d’écriture Realness en 2019 et Berlinale Talents en 2020.

    SYNOPSIS

    Coura + Oulèye

    Issues d’une famille polygame, deux jeunes soeurs se découvrent après la mort de leur père lors d’un périple à travers le Sénégal.

    Coura et Oulèye, deux sœurs adolescentes dont les mères sont co-épouses, sont contraintes de voyager ensemble à travers le Sénégal à la recherche du testament de leur père décédé. Mais leur quête prendra une tournure inattendue lorsqu’elles rencontrent Ngoné, une jeune femme au passé trouble.

    En savoir plus

    NOTE D'INTENTION

    Coura + Oulèye est une histoire de femmes où trois générations s’affrontent, s’entraident et avancent ensemble. Je cherche ainsi à explorer la place de la femme aujourd’hui dans nos sociétés africaines. Quelle position adopter entre tradition et modernité, mais surtout comment être soi-même dans une société où le groupe prime ? Le point de départ de ce film était un désir de sonder la relation entre deux jeunes soeurs issues d’un mariage polygame. La polygamie, assez répandue au Sénégal, a souvent été traitée du point de vue des femmes mais rarement de la perspective des enfants, de mères différentes, et de leurs relations. La fraternité est un lien fort mais complexe, je voulais donc suivre le parcours de ces sœurs dans ce contexte. Ce voyage leur permettra de questionner leur identité et leur place dans leur communauté, loin de la pression de leur famille et de la société. 

    En savoir plus

    SOULEYMANE KEBE, Sunuy Films (Sénégal)

    PRODUCTION

    Sunuy Films a été créée par Souleymane Kebe, diplômé de l'université Stendhal 3 de Grenoble et de l’école documentaire de Lussas en Production de Films. Elle est spécialisée dans la production, la réalisation et la distribution de films documentaire de création et fiction. En effet, Sunuy Films compte plusieurs films documentaire et fiction dans son catalogue, dont quelques coproductions avec la France telles que « Grand Place » de Anne Jo Brigaud ou « Senegalese dream » de Oumar Ba. Sunuy Films co-organise aussi, depuis 2014, le festival international du film documentaire de Saint-Louis du Sénégal.

    FICTION / DRAME / 100' / COULEUR / HD

    PREMIER LONG-MÉTRAGE
    Produit par

    Souleymane Kebe, Sunuy Films (Sénégal)

    Langue

    Wolof, Sereer, Français

    Lieux de tournage

    La ville de Dakar et la région du Sine et Saloum (Sénégal)

    Budget estimé

    970 995 €

    Financement en place

    10 000 €

    Recherches de partenaires

    France, Belgique, Pays-Bas, Norvège, Allemagne

    Statut actuel

    En développement, deuxième version du scénario en cours

    CONTACT

    RÉALISATRICE

    Iman Djionne / iman.djionne@gmail.com / +221 77 759 59 34

    PRODUCTEUR

    Souleymane Kebe / sunuyfilms@gmail.com / +221 33 820 57 81

    CO-PRODUCTEUR

    La Chauve Souris / Maud Leclair et Margaux Juvénal / mleclair@lachauvesouris.eu / mjuvenal@lachauvesouris.eu / +33 1 44 83 02 27 / +33 6 20 25 04 67

  • SARA STIJOVIC

    REALISATRICE

    Sara Stijović est née au Monténégro en 1997, elle est actuellement en dernière année d'école de cinéma, en licence de realisation cinéma et télévision à la FDA Cetinje, en spécialisation film documentaire. Elle est ambassadrice d'Al Jazeera. Elle a participé à de nombreux ‘talent campus’ et projets internationaux, notamment en Iran, en Chine, en Italie, dans les Balkans ... Aujourd'hui, son premier long métrage Gina, est en phase de développement.

    SYNOPSIS

    Gina 

    Gina est l’histoire de Gina Markuš – une jeune Monténégrine emprisonnée dans les années 50 en Yougoslavie et envoyée sur la Naked Island (Goli Otok) pour purger sa peine. Quelques années avant de se suicider, elle a tout mis sur papier ...

    Le film suit Marina, la nièce de Gina Markuš, alors qu’elle retourne pour la deuxième fois sur la Naked Island : la première fois elle était bébé - dont le souvenir en est imprimé sur une photo - et aujourd'hui, c’est une femme. Marina et Gina nous racontent l’histoire des camps en Yougoslavie d’un point de vue féminin; l’histoire d’un amour qui leur a donné la volonté de vivre; une histoire de traumatismes, de pilules et d’hôpitaux psychiatriques, d’homicides et de suicides; et en fin de compte, d’espoir.

    En savoir plus

    NOTE D'INTENTION

    "C'était vraiment magnifique. Fabriqué en pierre de taille blanche, chaque pièce parfaitement égale, carreaux rouges, le tout entouré de marbre blanc sculpté. Il brillait sous le soleil comme si les étoiles étaient tombées du ciel. Si seulement le sang et la sueur pouvaient briller pour toujours, ils brilleraient encore aujourd'hui." Ceci est une citation des mémoires de Gina, qui sont, avant tout, des émotions documentées – et témoigne de sentiments et de traumatismes humains. C’est également un document contenant de nombreux faits historiques cruciaux. D'après les données historiques, 16 101 personnes ont été envoyées dans des camps politiques – nombre d'entre elles n'ont pas survécu. Gina était l'une des 150 femmes monténégrines emprisonnées. Les femmes qui ont survécu aux camps n'ont pas parlé en public, et on ne leur a pas non plus demandé de le faire – le traumatisme féminin n'a jamais été étudié ni évoqué.

    En savoir plus

    BRANIMIR ZUGIC - LIVE Production (Monténégro)

    PRODUCTION

    LIVE production a été fondée en 2015 avec l'intention de produire et de coproduire des documentaires créatifs et des courts métrages de fiction, mais également de coopérer avec des sociétés de production régionales de Bosnie-Herzégovine, de Serbie et de Macédoine sur divers projets (publicités, vidéos, événements, festivals). Les objectifs de LIVE sont : s'engager pour promouvoir la culture, les industries créatives, la promotion et le développement des arts multimédias, la démocratisation de l'art et des médias et soutenir les jeunes auteurs.

    DOCUMENTAIRE / env. 82' / COULEUR / 16:9

    PREMIER LONG-MÉTRAGE
    Produit par

    Branimir Žugić - LIVE Production (Monténégro)

    Langue

    Monténégrin

    Lieux de tournage

    Cetinje, Monténégro; Belgrade, Serbie; Goli Otok, Croatie et plusieurs autres endroits à travers les Balkans.

    Budget estimé

    148 000 €

    Financement en place

    25 000 €

    Recherches de partenaires

    Coproducteurs croates et européens

    Statut actuel

    En développement

    CONTACT

    RÉALISATRICE

    Sara Stijović / saras.6657@gmail.com / stijovicsara@gmail.com / 00 382 68 466 336

    PRODUCTEUR

    Branimir Žugić / zugamn@yahoo.com / + 382 67 259 069

    CO-PRODUCTEUR

    Milanka Gvoić & Nikola Spasić - Rezon production (Serbie) / nkubator.rezon@gmail.com / +381(0)62.1690529 / +381(0)63.1991705

  • ASH MAYFAIR

    REALISATRICE

    Ash Mayfair est née au Vietnam et a obtenu son Master MFA en cinéma à la NYU Tisch School of the Arts. Son premier long métrage, The Third Wife (2018), a été présenté en avant première au Festival international du film de Toronto et a remporté le prix du jury NETPAC. Il a également remporté des prix à San Sebastian, Chicago, Le Caire et dans d'autres festivals de cinéma.
     

    SYNOPSIS

    Skin of youth 

    Skin of Youth est une étude sur les conséquences de la remise en question de l'identité, de la féminité et de la famille dans les années 1990 au Vietnam, du point de vue de jeunes qui ne correspondent pas aux normes socialement acceptées.

    1998 au Vietnam. San et Nam flirtent avec la pègre de Saigon pour trouver de l'argent pour la chirurgie de réattribution sexuelle de San. Les jeunes amoureux ignorent que le prix à payer mettra à l'épreuve leur amour et les limites de leur humanité.

    En savoir plus

    NOTE D'INTENTION

    Skin of Youth raconte l’histoire de deux personnes qui s'accrochent l'une à l'autre pour survivre dans un monde qui ne leur accorde pas de place. C'est un message d'espoir, pour moi-même et pour les autres jeunes qui vivent encore dans ces circonstances oppressives, pour réparer le mal qui leur a été fait. En raison de l'âge et de la spécificité de l'identité transgenre de San, la majorité des acteurs ne seront pas des professionnels. Le film est le récit de San qui vit une grande partie de sa transition à l'écran. Par conséquent, nous suivrons l'actrice dans ce rôle alors qu'elle fait ce voyage dans la vraie vie. Stylistiquement, le film a un rythme palpitant, un état brut et avant-gardiste. Le film ressemble presque à un docu-fiction car nous utilisons des lieux et des personnes réelles.

     

    En savoir plus

    NGOC TRAN - An Nam Productions

    PRODUCTION

    An Nam Productions a été fondée par Tran Thi Bich Ngoc en 2015 pour produire des films avec des histoires uniques et des valeurs artistiques qui peuvent voyager à travers le monde. Parmi ses films produits, le premier film d'Ash Mayfair, The Third Wife (2018), ainsi que l'épisode vietnamien-singapourien «He Serves Fish, She Eats Flower» de la série HBO Food Lore (2019) de Phan Dang Di; les films Goodbye Mother de Trinh Dinh Le Minh (Busan 2019), et Immortal de Victor Vu (2018).

    FICTION / DRAME / 95' / COULEUR / NUMÉRIQUE

    DEUXIÈME LONG-MÉTRAGE
    Produit par

    Ngoc Tran - An Nam Productions (Vietnam)

    Langue

    Vietnamien

    Lieux de tournage

    Vietnam

    Budget estimé

    756 000 €

    Financement en place

    252 000 €

    Recherches de partenaires

    Coproducteurs en Europe (France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg ou autre), vendeurs internationaux et distributeurs basés en Europe, équipes et installations de post-production internationales.

    Statut actuel

    En production

    CONTACT

    RÉALISATRICE

    Manager d'Ash Mayfair:
    Jeffrey Thal - Ensemble Entertainment - jthal@ensembleent.com, +1(310) 274-9090
     
    Agents d'Ash Mayfair:
    Christina Chou - Creative Artists Agency - christina.chou@caa.com
    Ruby Kaye - Creative Artists Agency - ruby.kaye@caa.com

  • INADELSO COSSA

    REALISATEUR

    Inadelso Cossa est né en 1984 à Maputo, au Mozambique. Depuis 2006, il travaille en tant que réalisateur, producteur et directeur de la photographie, basé au Mozambique. Son premier long métrage documentaire Une mémoire en trois actes a été sélectionné en avant-première à l’IDFA et a remporté la Mention spéciale du jury au Festival International de Zanzibar en 2018. En 2019, il est invité à faire partie du jury Courts métrages de l’IDFA et du jury international du Sheffield Doc Fest 2019. The Nights Still Smell of Gunpowder, son deuxième long métrage documentaire est en cours de développement et a déjà reçu le soutien de IDFA Bertha Fund, Festival International du Film de Marrakech - Atlas Workshop, Doc Station - Berlinale Talents, Hot Docs - Blue Ice Group Documentary Fund, CNAP Image/Mouvement et de La Fabrique Cinéma de l’Institut français.

    SYNOPSIS

    The nights still smell of gunpowder 

    Préoccupé par les souvenirs fragmentés de mon enfance durant la guerre civile du Mozambique, je retourne dans le village de ma grand-mère pour révéler les histoires jamais ébruitées qui hantent encore ma génération.

    Ce film se déroulera dans le village où j'ai grandi et où j’ai créé tous mes souvenirs d'enfance. Pour moi, ce village a toujours été un paradis et les souvenirs qui y sont attachés sont paisibles. Mais ce que je n’ai jamais réalisé, c’est que je vivais alors en pleine guerre civile. Aujourd'hui, j’y retourne pour confronter ces souvenirs à la réalité et à la situation politique que mon pays endure.

    En savoir plus

    NOTE D'INTENTION

    La question qui se pose toujours dans mes films est celle de la mémoire collective. Je vis dans un pays où se perpétue en permanence un génocide collectif de notre propre histoire, de notre propre mémoire.

    Ce projet s’intéresse à la mémoire, à sa nature fragmentée et à la nécessité de la documenter au risque de la perdre. Un film personnel qui juxtapose la période sombre de la guerre civile, les dommages moraux et les traumatismes qui ont duré 16 ans et qui ont laissé des blessures ouvertes. Les voix violentes des femmes violées et des enfants soldats continuent de crier silencieusement. Alors que ma génération est confrontée à de nouvelles tensions, les fantômes de la guerre sont infatigables et attendent dans l'obscurité. Les fusils ont peut-être disparu, mais les nuits sentent encore la poudre à canon.

    En savoir plus

    INADELSO COSSA - 16mmFILMES (Mozambique)

    PRODUCTION

    16mmFILMES est une société de production de films art et essai basée au Mozambique, et représentée par le réalisateur Inadelso Cossa. Depuis 2010 cette société est dédiée à la production de courts ou longs métrages documentaire, d’art vidéo, de webséries, d’installations et de films expérimentaux.

    DOCUMENTAIRE / 90' / COULEUR ET N&B / HD, 16mm

    DEUXIÈME LONG-MÉTRAGE
    Produit par

    Inadelso Cossa - 16mmFILMES (Mozambique)

    Langue

    Portuguais, Changana

    Lieux de tournage

    Mozambique

    Budget estimé

    294 077 €

    Financement en place

    117 117 €

    Recherches de partenaires

    Vendeurs internationaux, coproducteurs et distributeurs

    Statut actuel

    En développement

    CONTACT

    RÉALISATEUR / PRODUCTEUR

    Inadelso Cossa / inadelsocossa@gmail.com / + 258 828673789

    Producteurs :
    Emilie Dudognon / Ida.Ida / France / contact@ida-ida.com / www.ida-ida.com / + 33 6 88 67 00 79 
    Thomas Kaske / Kaske Film / Allemagne / info@kaskefilm.de / www.kaskefilm.de / + 49 177 1543000
    Eyal Sivan / momento ! / France / www.momento-films.com

    CO-PRODUCTEURS

    Duplacena / Portugal / www.fusovideoarte.com

  • VALERIA VALENTINA BOLIVAR

    REALISATRICE

    Valeria Valentina Bolivar est réalisatrice, scénariste, productrice et assistante de réalisation vénézuélienne. Sa passion est de raconter des histoires qui touchent le cœur, le corps et l'âme de ceux qui les regardent, en images et en sons. En tant que femme, cinéaste latino, immigrée, elle veut raconter des histoires d'auteur, sous un angle social, qui donnent la parole aux minorités. Ses courts métrages Strangers (2015) et The Child (présenté en 2016 en avant-première au Festival des films du monde de Montréal) ont été projetés dans les grands cinémas du Venezuela. En 2019, elle a participé au CineQuaNonLab. Et, avec son premier long métrage Sans nom, elle a participé à Berlinale Talents.

    SYNOPSIS

    Sans nom 

    Marcela est schizophrène; elle rencontre Joaquín qui vient d'émigrer du Vénézuela où il a laissé son fils. Ils tombent amoureux. Marcela essaie de surmonter sa maladie pour récupérer son fils et fonder une famille.
     

    Marcela est schizophrène. Elle maîtrise sa condition en dessinant tout ce qui se passe autour d'elle. Lorsque qu’elle tombe amoureuse de Joaquín, un immigrant vénézuélien qui cherche à faire venir son fils en République Dominicaine, elle se renferme dans son monde. Elle est terrifiée parce qu'elle a également un fils, qui lui a été retiré en raison de son état. Cependant, Joaquín ne l’abandonne pas, il rentre dans monde, et avec son aide, elle entreprend de surmonter ses peurs, pour récupérer son fils et fonder une famille.

    En savoir plus

    NOTE D'INTENTION

    J'avoue être passionnée par l'esprit humain et ses énigmes; et ce besoin de qualifier d'étrange ceux qui ne respectent pas les conventions sur le comportement approprié. Dans Sans Nom je mets en valeur les sujets que j'aimerais approfondir, en tant que femme, latino-américaine et cinéaste. Je donne la parole à Marcela, une femme dont l'état schizophrénique lui fait croire qu'elle ne peut pas être une bonne mère. À travers le personnage de Joaquín, je souligne un sujet qui me touche de très près: la migration. Leurs mondes du rêve et du réel fusionnent, comme dans la vraie vie. Mon film dépeint comment ces deux personnages "en marge" peuvent être ensemble et tomber amoureux. L'amour les poussera à réaliser l'impossible.

    En savoir plus

    FERNANDO SANTOS DIAZ - Guasabara Cine

    PRODUCTION

    Nous souhaitons produire des films qui mettent l'accent sur une perspective d'auteur, des thèmes ancestraux, et le développement de nouveaux récits qui remettent en question l'esthétique latino-américaine. Nous avons produit des films tels que Liborio (2020) de Nino Martínez Sosa, D'Sory (2020) de Marie Jiménez, et Cocote (2017) de Nelson Carlo de los Santos.

    FICTION / DRAME / 90' / COULEUR / DCP

    PREMIER LONG-MÉTRAGE
    Produit par

    Fernando Santos Diaz - Guasabara Cine (République Dominicaine)

    Langue

    Espagnol

    Lieux de tournage

    Saint-Domingue, République Dominicaine / Caracas, Venezuela

    Budget estimé

    850 000 €

    Financement en place

    30% par la loi d'incitation fiscale pour le cinéma en République Dominicaine

    Recherches de partenaires

    Pays de l'Union européenne, pays scandinaves et Amérique du Nord.

    Statut actuel

    En développement (troisième version du scénario)

    CONTACT

    REALISATRICE

    Valeria Valentina Bolívar / valeriabolivar@yahoo.es / +1 849 919 8211

    PRODUCTEUR

    Fernando Santos Diaz / fsdiaz@gmail.com / +1 809 856 9860 / www.guasabaracine.com

  • KHALED MANSOUR

    REALISATEUR

    Khaled Mansour est né au Caire en 1991. Il est diplômé en Histoire de la Faculté de Lettres de l’Université du Caire, où il a étudié en parallèle de ses études de cinéma. Il a réalisé trois courts-métrages ; Berries Island et The Dervish, ont été sélectionnés dans plusieurs festivals internationaux et son dernier court-métrage, Two Strangers and a Night, est actuellement en post-production. Mansour a également réalisé plusieurs courts-métrages documentaires ainsi que des publicités, qui ont été diffusés à la télévision et sur les réseaux sociaux.

    SYNOPSIS

    L’échappée belle de Mr. Rambo 

    Un homme peut rester égaré pendant longtemps. Mais une fois qu'il a trouvé son destin, il est capable de le suivre au prix de sa vie.  

    Hassan et son chien Rambo se retrouvent dans une situation délicate. Rambo est chassé du jour au lendemain par, Karem, leur voisin. Hassan se met en quête de trouver un moyen de mettre Rambo à l’abri, pour sauver son sort, quitte à tout perdre…

    En savoir plus

    NOTE D'INTENTION

    En février 2015, une vidéo d'un chien attaché à un poteau d'éclairage public, a été diffusée sur les réseaux sociaux. Autour du chien, sept hommes avec des couteaux l’attaquaient alors que le chien aboyait de colère et de douleur. Il tentait de sauter sur eux et bien qu'il soit attaché, les hommes semblaient avoir peur. Puis un homme frappa le chien lourdement sur la tête, le tuant sur le coup.
    Je sens que les animaux errants et nous sommes devenus véritablement semblables. Nous n'avons pas de prix; nous sommes tués, poursuivis, emprisonnés et torturés - c'est pourquoi nous nous retournons à chaque instant, sans savoir d'où viendra exactement le danger.
    Mon film est basé sur l'histoire de cette vidéo. Le chien, Rambo, fait face aux mêmes problèmes, quand des vagabonds décident de le tuer devant tout le monde. La seule différence entre les deux contes est qu'Hassan, le protagoniste, se bat pour sauver le chien jusqu'à ce qu'il réussisse à trouver un refuge plus sûr. 

    En savoir plus

    RASHA HOSNY - Patchwork Productions (Egypte)

    PRODUCTION

    Patchwork Productions est une société de production égyptienne fondée en 2016 au Caire. La société souhaite promouvoir des expériences cinématographiques ambitieuses à haute valeur artistique, des courts ou longs métrages qui finiront par soutenir le cinéma égyptien et offrir une offre alternative aux films commerciaux. D'autre part, Patchwork Productions a participé à la production de plusieurs documentaires et publicités, qui ont été diffusés en ligne et à la télévision.

    FICTION / DRAME / 115' / COULEUR / NUMÉRIQUE

    PREMIER LONG-MÉTRAGE
    Produit par

    Rasha Hosny - Patchwork Productions (Egypte)

    Langue

    Arabe

    Lieux de tournage

    Egypte, Le Caire

    Budget estimé

    529 489 €

    Financement en place

    60 720 €

    Recherches de partenaires

    Sociétés et fonds de co-production français, allemands, italiens, suisses, suédois et arabes. Vendeurs internationaux basés en France, en Allemagne et au Moyen-Orient

    Statut actuel

    En développement (septième version du scénario)

    CONTACT

    RÉALISATEUR

    Khaled Mansour / khaledmansour7@gmail.com / +2 01100651114

    PRODUCTRICE

    Rasha Hosny / patchworkcairo@gmail.com / +201227990327 / Patchwork Productions Facebook

  • KEYWAN KARIMI

    REALISATEUR

    Né en 1985, Karimi est un cinéaste iranien d’origine kurde. Ses courts métrages ont été primés dans de nombreux festivals internationaux. Son documentaire Writing on the City (2015), qui aborde le sujet des graffitis sur les murs de Téhéran entre la Révolution islamique de 1979 et la réélection de Mahmoud Ahmadinejad en 2009, lui a valu une arrestation et une détention en cellule d’isolement en décembre 2013. En octobre 2015, il a été condamné à six ans de prison et 223 coups de fouet pour « outrage au caractère sacré de l’Islam et propagande contre le système ». En 2016, quelques semaines avant de commencer sa peine de prison, il a réalisé Drum, son premier long métrage. Le film a été présenté en avant-première à la Semaine Internationale de la Critique pendant le 73ème Festival international de film de Venise.

    SYNOPSIS

    Do you know anything about Omid ? 

    Ce film raconte les années 1980 en Iran, les années sombres juste après la révolution, quand de nombreux prisonniers politiques ont été exécutés et assassinés dans les prisons de la République islamique.

    Un couple de quadragénaires vit dans un No man's land urbain dans la banlieue de Téhéran. Reza est un homme à tout faire chez des particuliers. Maryam garde des enfants à domicile. Ils essaient de faire le deuil de leur fils, Omid, disparu en se raccrochant au chat de la maison qui avait été adopté par leur fils. Un jour, ce chat disparait. Ils le cherchent de plus en plus désespérément.

    En savoir plus

    NOTE D'INTENTION

    Mon deuxième film raconte les années 1980 en Iran, les années sombres juste après la révolution, quand de nombreux prisonniers politiques ont été exécutés et assassinés dans les prisons de la République islamique. L'oppression pesait tellement sur la société que même la mémoire collective de cette période a été réprimée. J'ai décidé de faire un film sur cette époque car toute lutte n'est possible que par la mémoire collective des luttes passées et présentes.

    À la fin des années 80 et de la guerre Iran-Irak, un décret et une fatwa religieuse ont été déclarés par le guide suprême de l'Iran, pour exécuter environ 3000 prisonniers politiques, dont des militants de gauche et autres militants, à Téhéran. Les opérations ont duré trois semaines. Leurs corps ont été transportés dans des camions à viande à divers endroits, parmi lesquels un lieu au de Téhéran qui s'appelle Khavaran. Les exécutions et les enterrements ont eu lieu dans le secret et l’illégalité. Des personnes ont été assassinées dans la nuit, puis leurs corps transportés et jetés dans des tombes anonymes. Lors des détentions, une seule question a été posée aux détenus: "Êtes-vous prêt à vous repentir?" Mais se repentir ne suffisait pas : "Nous les avons assassinés : si la victime était un pécheur alors il le méritait, et s'il n'était pas coupable, alors il pouvait aller au paradis."

    En savoir plus

    KEYWAN KARIMI, Key Film (Iran)

    PRODUCTION

    Key Film est la société de production indépendante de Keywan Karimi et son frère Kamal Karimi. La société a produit les deux courts métrages et le film documentaire Writing on the City de Keywan Karimi.

    FICTION / DRAME / 90' / COULEUR / 2K

    DEUXIÈME LONG-MÉTRAGE
    Produit par

    Keywan Karimi - Key Film (Iran)

    Langue

    Persan

    Lieux de tournage

    Iran

    Budget estimé

    800 000 €

    Recherches de partenaires

    Europe, Etats-Unis et Corée du Sud

    Statut actuel

    Version avancée du scénario. Repérages et casting effectués.

    CONTACT

    RÉALISATEUR / PRODUCTEUR

    Keywan Karimi / info@keywankarimi.org / +989329020625 / +33 643684605 / www.keywankarimi.org

Partenaires officiels

Avec le soutien de

Et la contribution de