La Fabrique 2015

Claire Denis

Parraine La Fabrique des Cinémas du Monde 2015

« Je ne peux aller à Cannes, accepter cette invitation de la Fabrique sans que l’adrénaline grimpe trop fort dans mes veines. Tout mon fragile organisme est saisi par la transe de Cannes.

Comme dans un film de Godard, seul, filer sur l’autoroute
Comme dans un film de Godard, seul au volant, Belmondo dans son Alfa-Roméo…
(Je cite de mémoire Pasolini)

Oui, pour moi c’est encore ces mots là qui me viennent en tête quand je pense au festival de Cannes. J’oublie mes déboires, mes frustrations, je redeviens quelqu’un de bouillant.

Aller à Cannes quand un premier film se pointe à l’horizon d’une vie, et génère tant de désirs et d’angoisses mais y être attendu, accueilli et protégé par la Fabrique, c’est génial, j’en suis sûre.

Un futur ou une future cinéaste ressemble un peu à une grande prairie drue et fleurie, une prairie qui n’est pas encore rentable, sans maïs, sans patates, avec ici ou là de la caillasse, mais qui sent bon et qui promet.

Qui promet un film. Un film qui viendra d’un pays lointain peut-être, en guerre peut-être.

Pour ma part je doute un peu de moi dans cette aventure, vous me jugerez. Je suis singulière, je sais, mais ça peut aussi servir.

Des images de Cannes : Manoel de Oliveira montant sur scène athlétiquement pour présenter L’étrange Affaire Angelica à la soirée d’ouverture d’un Certain Regard.

Et puis cette Méditerranée qui baigne indifféremment les plages de Cannes et de Lampedusa. »

MOT DE BIENVENUE DE PIERRE LESCURE

Président du Festival de Cannes

AU COMMENCEMENT
« Je découvre, à mon arrivée à la Présidence du Festival de Cannes nombre d’actions ou de projets auxquels le Festival a associé son nom et qu’il accompagne depuis des années. Il est toujours intéressant et souvent révélateur de se faire raconter leur genèse et leur parcours car l’essentiel se manifeste au travers de constats simples : j’ai ainsi appris que le Pavillon des Cinémas du Monde avait été lancé en 2009, sous la houlette de grands noms du cinéma mondial, qu’en était issue la Fabrique – des cinémas du monde- dont l’action très concrète s’exprime déjà par le choix de son nom, enfin que de jeunes réalisateurs participant à ce programme avaient vu leurs films récompensés ou sélectionnés dans des circuits internationaux.
Mieux que tout discours, le résultat tangible d’un passage par la Fabrique signifie donc pour des créateurs issus de cinématographies fragiles la possibilité de trouver leur place – au soleil- dans l’industrie internationale et de s’y mesurer d’égal à égal avec des créateurs plus privilégiés par leur environnement.
Cette année, ce sont 10 projets venus de 10 pays du monde, de Madagascar à la Chine, qui ont été choisis pour bénéficier de l’exposition privilégiée du Festival et de l’accompagnement attentif des équipes de l’Institut français et de leur marraine d’exception : Claire Denis.
Je ne puis qu’être fier de m’inscrire dans ce mouvement et de prolonger le soutien du Festival à une initiative qui correspond en tous points à nos principes fondateurs: soutenir et développer la création par tous les moyens, où qu’elle se fasse jour dans le monde, revendiquer l’égalité des chances entre tous les films, appréciés selon leur seule qualité artistique, savoir tirer le meilleur profit de l’importance de notre manifestation pour en faire bénéficier ceux qui ont le plus besoin de notre aide mais brillent déjà par leur talent. »

ANTONIN BAUDRY

Président de l’Institut Français et Ambassadeur pour la culture française

« L’Institut Français a pour vocation de faire vivre la culture française dans le monde et de soutenir les forces vives de la création internationale. Le cinéma, langage universel par excellence, est au cœur de son combat.
Accompagner les projets prometteurs de jeunes professionnels des pays du Sud, c’est contribuer à l’émergence d’une nouvelle génération de cinéastes et réaffirmer que notre propre culture s’enrichit au contact du monde. Avec la Fabrique des cinémas du monde, l’Institut français offre à dix-huit réalisateurs et producteurs du Liban, des Territoires palestiniens, d’Égypte, de Tunisie, de Madagascar, d’Inde, du Pérou, d’Argentine et de Géorgie, ce que la France veut proposer de meilleur. Le Festival de Cannes en est l’exemple parfait, avec sa capacité à rassembler autour d’un même amour du cinéma les talents et les énergies du monde entier.
L’Institut français accueillera aussi sur son Pavillon le réseau culturel français à l’étranger et ses nombreux partenaires qui œuvrent à promouvoir le cinéma français et la diversité des expressions à travers le monde.
Je me réjouis notamment de l’exceptionnelle visibilité offerte par le Festival aux films étrangers coproduits par la France et soutenus par l’Aide aux cinémas du monde, à laquelle l’Institut français est fier de contribuer aux côtés du Centre national du cinéma et de l’image animée.
Je tiens à remercier tout particulièrement le Festival de Cannes, son président Pierre Lescure et son délégué général Thierry Frémaux, ainsi que nos partenaires, au premier rang desquels France Médias Monde, pour leur confiance, leur aide et ce partage de convictions et de valeurs communes sans lesquels aucun projet ne saurait s’inscrire dans la durée.
Bon Festival à tous ! »

MARIE-CHRISTINE SARAGOSSE

Présidente-Directrice Générale de France Médias Monde

AIMER DES FILMS POUR RÊVER LE MONDE


 » Au delà de la Croisette et des paillettes, Cannes est un festival du monde qui témoigne de ses tensions, afflictions, conflits et passions. Rencontre évidente, regards croisés, France Médias Monde et Cannes ne pouvaient que s’aimer, partageant le même impératif de raconter la vie, toutes les vies, minuscules ou magistrales, en 24 images secondes ou en une minute chrono.

Chaque année, Cannes est une évidence pour nous et mobilise toutes les rédactions de RFI, France 24 et MCD pour raconter au jour le jour, et en quatorze langues, l’actualité du Festival mais aussi faire écho aux regards et à l’imaginaire des artistes de tous les continents.

Le cinéma dit le monde, nous disons Cannes au monde au travers des émissions et des journaux réalisés depuis nos studios installés au Pavillon Les Cinémas du Monde ou sur la Croisette! Mais plus qu’un événement, Cannes est aussi un engagement. Partenaire historique de la Quinzaine des Réalisateurs et de la Semaine de la Critique, RFI défend une certaine idée du cinéma d’auteur qui est aussi celui de la diversité culturelle. Dans ses programmes, la radio du monde donne la parole aux jeunes réalisateurs du Sud qui débarquent dans le tourbillon cannois avec leurs projets, leurs désirs et leurs rêves, quand France 24 fait entrer la planète entière dans les salles obscures. France Médias Monde regroupe des médias d’actualité, mais nous savons que ce monde est voué au désespoir sans la parole et le regard de ses artistes. Il nous faut donc rêver ensemble, Cannes étant le moment idéal du partage.

Rêver des films pour aimer le monde ou aimer des films pour rêver le monde… Silence, ça commence ! « 

Partenaires officiels

Avec le soutien de

Et la contribution de